Nos aventures d’investissement dans les marchés émergents

La Chine construit, mais pour qui ? La course à l’espace

Cet article est aussi disponible en : Anglais, Chinois simplifié, Allemand, Italien, Espagnol

Comme je l’ai mentionné dans l’article précédent, le boom de la construction en Chine a récemment été au centre de l’attention des médias et certains observateurs ont immédiatement conclu que celui-ci ne pouvait s’inscrire dans la durée. J’ai pensé que ce sujet méritait qu’on s’y attarde un peu plus. Il est important de prendre du recul car nous ne sommes pas en train d’assister à la construction d’une vingtaine, ni même d’une douzaine de villes de la taille de New York. Il est vrai que la construction connaît une vive expansion en Chine, mais c’est avant tout une conséquence de la pénurie de logements et d’immeubles de bureaux de qualité. Il est également vrai que certains projets sont pharaoniques et que tous les bâtiments ne sont pas occupés d’un seul coup. Certains ne le seront qu’une fois les autorisations nécessaires obtenues. Au vu de ces éléments, il est facile de comprendre pourquoi ces grandes cités immobilières peuvent être temporairement vides. J’ai voulu me rendre compte par moi-même de ce qu’il en était, c’est pourquoi j’ai embarqué mon équipe pour un séjour en Chine dans le but de voir quelques-uns de ces lotissements. Voici mon compte rendu.

Villes fantômes ou villes de croissance ?

Nous nous sommes rendus dans le district de Yiantian à Shenzhen afin de rencontrer un important promoteur immobilier. Je suis resté sans voix devant un bâtiment moderne particulièrement impressionnant qui, comme je l’ai appris par la suite, a été dessiné par l’architecte américain David Hall. Cerné par un lac, il est divisé en plusieurs sections qui comprennent notamment des bureaux et un hôtel. La tour est également dotée d’équipements respectueux de l’environnement, dont des panneaux solaires sur le toit et un système de volets automatiques visant à réguler l’exposition aux rayons du soleil. Dans le hall d’entrée, un indicateur affiche la quantité d’énergie produite par les panneaux solaires, qui peut atteindre 100 kilowatts lors d’une journée ensoleillée.

Nous avons eu une discussion animée avec le promoteur, notamment au sujet des « villes fantômes » en Chine. D’après lui, les ventes sont solides, particulièrement en ce qui concerne les appartements meublés. En 2012, l’entreprise a vendu 13,5 millions de mètres carrés sur plan, dont 12,9 millions qui devraient être achevés en 2013 (par prudence, les ventes ne sont comptabilisées que lorsque le projet est terminé). Donc s’il y a effectivement une bulle, les Chinois ne l’ont pas vue (et nous non plus). Ce que nous avons constaté, c’est que la demande résiste.

La course à l’espace

Nous avons également visité la ville de Guangzhou (Canton) qui, dans ce contexte de boom immobilier, se transforme en véritable jungle de béton. J’ai été stupéfait par le nombre de gratte-ciels achevés ou en construction dans le nouveau quartier financier. Nous avons séjourné dans un hôtel ultra-moderne dont la réception était logée au 22ème étage, offrant une vue spectaculaire sur la ville. Quasiment partout où nous posions notre regard, on pouvait voir les bâtiments pousser toujours plus haut et surmonter le reste du paysage, tels des arbres cherchant à atteindre le soleil.

Le nouveau quartier d’affaires de Guangzhou comprend un vaste espace vert central bien aménagé qui s’étend de notre hôtel au lac artificiel sur lequel sont installées, la tour de télévision et ses lumières multicolores. Il est bordé par de grandes tours de bureaux, des centres commerciaux, des salles de concert et des cinémas. L’une des salles de concert a d’ailleurs un design assez surprenant, proche de celui d’un vaisseau extraterrestre avec ses fenêtres et ses murs noirs et gris.

Nous nous sommes demandé si l’ensemble des gratte-ciels en construction à Guangzhou seraient occupés et si la demande serait suffisante pour absorber tout cet espace disponible. Mais il semble que depuis toujours en Chine, si vous construisez, les acheteurs viendront (à un moment ou à un autre). Je me souviens du temps où le district de Pudong à Shanghaï n’était qu’une vaste étendue de champs ; à l’époque, on nous avait soumis un plan de développement d’une ville avec des gratte-ciels, des parcs et d’autres installations. Nous pensions alors que le projet était totalement irréalisable et qu’il ne verrait jamais le jour. C’est pourtant la réalité aujourd’hui à Pudong. Je pense que les nouveaux quartiers d’affaires de Guangdong pourraient connaître un destin similaire. Même si les projets devaient rencontrer quelques difficultés, il semble que tous les espaces disponibles pourraient finalement trouver preneur.

Naturellement, lorsqu’un pays connaît une croissance rapide comme la Chine, les investisseurs ne font preuve d’aucune patience. Tout contretemps ou erreur de jugement peut avoir de graves conséquences. En tant qu’investisseurs de longue date en Chine, mon équipe et moi-même continuons à rechercher des opportunités dans le pays. En outre, nous avons toujours l’intention de faire nos recherches sur le terrain, afin de lire entre les lignes et de cerner la réalité.

Informations juridiques importantes

L’investissement dans les titres immobiliers présente des risques spécifiques, comme la baisse de la valeur du bien immobilier ou la sensibilité accrue à la dégradation des conditions économiques ou au durcissement du cadre réglementaire qui peuvent affecter le secteur.

Leave a reply

Votre e-mail ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont marqués