Nos aventures d’investissement dans les marchés émergents

Un nouveau projet de développement pour la Chine

Cet article est aussi disponible en : Anglais, Chinois simplifié, Néerlandais, Allemand, Italien, Espagnol, Polonais

Les autorités chinoises ont présenté leur plan pour le reste de la décennie dans un document intitulé « Décision quant aux principaux domaines nécessitant une réforme en profondeur » (« Décision »), fruit de la troisième session plénière du 18ème comité central du parti communiste, qui s’est tenue début novembre. Ce document présente une série de projets de réformes qui, entre autres, attribuent un plus grand rôle aux marchés, dans le cadre d’efforts visant à maintenir la croissance à long terme dont se targue le pays. Rien ne sert de s’attendre à des résultats immédiats de cette « Décision », qui doit plus être considérée comme une liste d’aspirations sur le long terme. Néanmoins, nous pensons que ces propositions pourraient améliorer considérablement les perspectives à plus long terme pour les investisseurs en Chine. 

Les 60 sections de la Décision couvrent de nombreux aspects de la vie des Chinois, dont certains sont particulièrement intéressants pour nous, en tant qu’investisseurs, notamment en ce qui concerne les entreprises publiques. Celles-ci devraient continuer à jouer un rôle central au sein de l’économie chinoise, mais d’une nature différente. En effet, les autorités prévoient d’ouvrir et de professionnaliser le recrutement des dirigeants des entreprises publiques, d’expérimenter des formats de sociétés hybrides avec l’introduction de capital privé et d’intégrer des entreprises publiques au sein de sociétés de gestion d’actifs à l’image du fonds Temasek, à Singapour. Les projets visant à régler les problèmes de surcapacité et à promouvoir des marchés ouverts, équitables et transparents témoignent d’une meilleure prise en compte de la rentabilité à long terme. La réforme des tarifs réglementés dans les secteurs des carburants, de l’eau et des services aux collectivités pourrait potentiellement doper la rentabilité de certaines entreprises publiques. Dans le même temps, l’engagement des autorités en faveur d’un recours accru aux forces du marché pour réguler les prix, ainsi que les mesures visant à réduire les monopoles régionaux et les pratiques commerciales déloyales pourraient exposer les entreprises publiques à davantage de concurrence. Nous pensons toutefois qu’une attitude plus favorable au marché de la part des dirigeants de ces sociétés pourrait avoir des effets très positifs pour les filiales cotées en Bourse, et différents profils d’entreprises à actionnariat mixte et de sociétés de gestion d’actifs pourraient aussi offrir des opportunités pour les investisseurs.

La réforme des entreprises d’Etat constituera certainement un projet lourd et qui s’inscrira dans la durée ; d’après la « Décision », il semble que les premières initiatives soient la création de zones de libre-échange, sur le modèle de la zone pilote annoncée à Shanghai. Les formats opérationnels de ces zones ne sont pas fournis dans le détail, mais le principal attrait serait l’abandon des principes d’exclusion des capitaux privés et étrangers (pas encore explicitement approuvé), afin que des fonds puissent être investis dans tous les secteurs du marché à l’exception de ceux placés sur une « liste noire ». Ces zones de libre-échange créent de nombreuses opportunités très attractives pour les investisseurs et pourraient devenir de véritables « aimants à capitaux », qu’ils soient chinois ou étrangers.

Selon nous, les aspects de la « Décision » qui pourraient avoir le plus d’importance à long terme sont ceux qui s’intéressent à la population chinoise en tant qu’individus. La nécessité de réduire les inégalités entre les habitants des zones urbaines et rurales est clairement identifiée comme prioritaire, de même que la nécessité de faciliter la migration vers les villes de petite et moyenne tailles. La réforme du dispositif « hukou » d’enregistrement des foyers et le projet de services de base garantis pour tous les résidents des zones urbaines constituent des initiatives de taille. Les projets visant à octroyer plus de droits sur les terres à la population rurale pourraient donner lieu à un énorme transfert de richesse des autorités locales vers les individus, tout en libérant potentiellement plus de terrains à développer. La centralisation des prestations de sécurité sociale, comme les retraites, pourrait favoriser la circulation des personnes, car les migrants ne risqueront plus de perdre les droits accumulés dans d’autres lieux de résidence. De plus, le renforcement du filet de protection sociale pourrait inciter les consommateurs à dépenser une plus grosse part de leur revenu.

Enfin, et peut-être surtout, l’importance accordée aux pratiques commerciales équitables, à l’état de droit et aux droits de propriété (notamment intellectuelle) pourrait favoriser l’innovation et l’entreprenariat. Au sein du système financier, les changements visant à autoriser la création de petites banques privées pourraient aider les entreprises de taille réduite à obtenir des financements qui, jusqu’alors, n’étaient disponibles que par l’intermédiaire de canaux coûteux et informels. La diminution de l’influence directe de l’État dans les « activités culturelles » pourrait favoriser le développement d’entreprises axées sur les services. Dans un horizon plus rapproché, l’assouplissement de la politique de l’enfant unique, qui permettra aux couples d’avoir deux enfants si l’un des deux parents est enfant unique, pourrait donner lieu à un formidable baby-boom et profiter à de nombreuses entreprises des secteurs liés à l’enfance. Tous ces facteurs pourraient apporter une impulsion considérable au thème de la hausse des dépenses de consommation qui, selon nous, pourrait être un moteur important des performances potentielles des actions chinoises sur le long terme.

Dans l’ensemble, nous pensons que dans la mesure où les propositions de la « Décision » prendront effet entre maintenant et 2020, la Chine pourrait devenir plus complexe et encore plus dynamique qu’aujourd’hui, tout en faisant une place plus importante à l’individu. En tant qu’investisseurs, nous sommes très favorables à cette perspective et nous l’attendons avec impatience.

Leave a reply

Votre e-mail ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont marqués