Nos aventures d’investissement dans les marchés émergents

Voici mon équipe : Dennis Lim

Cet article est aussi disponible en : Anglais, Néerlandais, Allemand, Italien, Espagnol, Polonais

Lorsque votre périmètre d’activité couvre des centaines de pays sur tous les continents et dans tous les fuseaux horaires, il ne faut pas sous-estimer l’importance du travail d’équipe. J’ai la grande chance de bénéficier du soutien des quelque 90 professionnels du Templeton Emerging Markets Group, dont 50 analystes et gérants de portefeuille, répartis dans 18 marchés et parlant 24 langues différentes. Je ne pourrais pas faire ce que je fais sans eux !

Depuis plus de vingt ans, j’ai le plaisir de travailler avec Dennis Lim, qui co-gère plusieurs de nos portefeuilles des marchés émergents et dont les responsabilités en matière de recherche englobent les marchés d’Asie du Sud-Est et les entreprises des télécommunications dans les pays émergents.

Dennis contribue parfois en invité à mon blog « Mes aventures dans les pays émergents », donc j’ai pensé qu’il fallait que vous en sachiez un peu plus sur lui. Voici un court entretien avec ce membre clé de mon équipe.

Dennis Lim
Dennis Lim

Dennis Lim

Vice-président exécutif senior

Directeur général

Templeton Emerging Markets Group

Chez Franklin Templeton depuis 1990

Dennis est titulaire d’une maîtrise de l’Université du Wisconsin à Milwaukee et d’une licence de l’Université nationale de Singapour. Il a siégé au comité exécutif de l’Investment Management Association de Singapour et il est membre du panel d’experts du département des Affaires commerciales du gouvernement de Singapour. Il maîtrise l’anglais, le chinois mandarin et le malais.

Mark Mobius : Pour quelle raison avez-vous choisi de faire carrière dans la gestion d’actifs et pourquoi les marchés émergents en particulier ?

Dennis Lim : Je vis à Singapour, qui est au cœur de l’Asie du Sud-Est. Singapour était l’un des « quatre tigres » de l’Asie et, en grandissant dans les années 1970, j’ai été témoin de toutes les évolutions formidables apportées par la croissance économique à Singapour. Dans les années 1980, j’ai observé le même phénomène dans des pays de la région comme l’Indonésie, la Thaïlande et la Malaisie, mais aussi dans les pays en développement à travers le monde. J’ai décidé de me lancer dans la gestion d’actifs, car cela me permettait de partager cette expérience de la croissance des marchés émergents avec les investisseurs du monde entier.

Mark Mobius : Vous avez en fait obtenu votre maîtrise à Milwaukee dans le Wisconsin, en plein cœur de l’Amérique. Comment avez-vous atterri là et comment cette expérience a-t-elle influencé votre carrière ? Avez-vous subi un choc culturel ?

Dennis Lim : Deux choses me viennent à l’esprit : « Happy Days » et Harley Davidsons ! Plus jeune, je regardais « Happy Days » à la télévision. Cette série raconte la vie d’une famille américaine du Midwest. J’idolâtrais l’un des personnages appelé « Fonzie ». J’ai alors rêvé de chevaucher une Harley. Ensuite, j’ai décidé qu’en plus de faire ma maîtrise aux États-Unis, je voulais aussi goûter à la vie dans le Midwest. Cela a été une expérience merveilleuse.

Mark Mobius : Votre domaine d’expertise inclut les réglementations du bâtiment et les exigences en matière d’urbanisme à Singapour et dans la région de l’ASEAN (Association des nations de l’Asie du Sud-Est). Pouvez-vous nous expliquer comment cela cadre avec votre fonction de gérant d’actifs et les opportunités d’investissement que vous recherchez ?

Dennis Lim : Après être sorti de l’Université nationale de Singapour avec une licence en poche, j’ai travaillé pour le Ministère du développement national du gouvernement de Singapour, où j’ai participé à la régulation du développement du secteur privé. Le développement urbain exige d’adopter une vision sur le très long terme. Comprendre les tenants et les aboutissants des réglementations m’a permis d’avoir une vision d’ensemble du fonctionnement des gouvernements et de la façon dont les politiques gouvernementales influencent la croissance économique.

Mark Mobius (left) with Dennis Lim (right)
Mark Mobius (à gauche) avec Dennis Lim (à droite)

Mark Mobius : Quelle est la plus grande difficulté à laquelle vous avez été confronté dans votre carrière au sein de Franklin Templeton ?

Dennis Lim : La crise financière asiatique en 1997 a été une difficulté de taille. Les investisseurs qui avaient été attirés par les marchés émergents au début des années 1990 ont commencé à remettre en question le bien fondé et la viabilité des investissements dans cette classe d’actifs. Nous avons passé beaucoup de temps à persuader les investisseurs de ne pas en sortir. Bien sûr, dans ce cas, le rebond qui a suivi a été rapide et marqué ; il faut parfois plus de temps. C’est pourquoi nous rappelons régulièrement à nos investisseurs qu’il faut, comme nous, adopter une perspective à long terme !

Mark Mobius : Quelles sont actuellement les opportunités les plus intéressantes pour vous en tant qu’investisseur sur les marchés émergents ?

Dennis Lim : Lorsque nous visitons les marchés émergents du monde entier, on constate partout une hausse des salaires et l’amélioration du niveau de vie. La plupart des habitants des marchés émergents ont désormais accès à l’eau potable, à des conditions sanitaires décentes et à des soins médicaux. J’aime me rappeler que lorsque nous investissons sur les marchés émergents, outre l’objectif d’aider nos investisseurs à enregistrer des performances, nous participons aussi au développement de nombreuses régions défavorisées.

Mark Mobius : 

Revenons à notre première rencontre, il y a plus de 20 ans. Pouvez-vous partager une anecdote sur les premiers jours de notre collaboration ? Et vous arrive-t-il encore d’être surpris par votre travail ou par les marchés ?

Dennis Lim : Je me rappelle encore très bien mes premières semaines de travail chez Franklin Templeton. La première semaine, vous m’avez dit d’aller à Hong Kong passer quelques jours avec l’équipe locale. Et je me souviens ne pas être rentré chez moi avant six semaines ! Nous sommes allés à Hong Kong, à Luxembourg, à Édimbourg, à New York et à Fort Lauderdale, avant de terminer par Rio de Janeiro. Les journées commençaient généralement vers 7h00 et se terminaient bien après minuit ! Je me rappelle encore avoir déchiré, rouleau après rouleau, de nombreuses pages de papier thermique pour fax. À cette époque, les emails n’existaient pas encore. Je me demandais si je pourrais survivre aux exigences physiques du métier. Selon toute évidence, j’ai réussi, car 20 ans se sont écoulés depuis lors. Après plus de deux décennies de « surprises », j’ai appris à prendre les choses comme elles viennent.

Mark Mobius : Y a-t-il un conseil que vous avez reçu durant votre carrière que vous continuez de suivre aujourd’hui ?

Dennis Lim : Oui. Le processus d’apprentissage est infini parce que le monde est vraiment vaste et que chaque jour apporte son lot de nouveautés.

Mark Mobius : Quels sont vos centres d’intérêts ou vos activités en dehors du travail ?

Dennis Lim : Il n’est jamais aisé de jongler entre un job exigeant et la vie de famille. Je pense avoir bien réussi l’éducation de mes deux enfants. Ils sont devenus des adultes très responsables.

Mark Mobius : Comme vous le savez, il y a un manga basé sur mes expériences. En fonction du rôle que vous occupez au sein de l’équipe, à quel personnage de bande dessinée pourriez-vous vous identifier ?

Dennis Lim in Thailand
Dennis Lim en Thailande

Dennis Lim : À l’origine, votre équipe était composée de quatre analystes consciencieux tentant de partir à l’assaut des marchés émergents. Les « Tortues Ninja » me semblent une bonne comparaison. Vous seriez bien sûr notre maître avisé.

Les commentaires, opinions et analyses du Dr Mobius sont présentés uniquement à des fins d’information et ne doivent pas être interprétés comme des conseils d’investissement individuels ou une recommandation visant un titre ou une stratégie d’investissement particulière. Les conditions économiques et de marché étant susceptibles d’évoluer rapidement, les commentaires, opinions et analyses sont valables à leur date de publication et peuvent changer sans préavis. Ce document ne constitue pas une analyse complète des faits relatifs aux divers pays, régions, marchés, secteurs, investissements ou stratégies cités.

Mentions légales importantes 

Tout investissement comporte un risque, notamment celui de ne pas récupérer le capital investi. Les investissements dans des titres étrangers comportent des risques spécifiques : fluctuations de change, instabilité économique et évolution de la situation politique, par exemple. Investir dans les marchés émergents, y compris dans la sous-catégorie des marchés frontières, implique des risques accrus concernant ces mêmes facteurs, lesquels s’ajoutent aux risques liés à leur plus petite taille, à leur liquidité inférieure et à l’absence d’un cadre juridique, politique, commercial et social établi pour soutenir les marchés boursiers. Les risques liés à l’investissement dans les marchés frontières sont encore supérieurs à ceux associés aux marchés émergents en raison du développement moins avancé des structures précitées, ainsi que du potentiel de forte volatilité des prix, de la liquidité insuffisante, des barrières commerciales et des contrôles sur les taux de change. Les taux de change peuvent varier considérablement sur de courtes périodes, ce qui peut amoindrir les performances.

Leave a reply

Votre e-mail ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont marqués