Nos aventures d’investissement dans les marchés émergents

Perspectives

Le prochain chapitre

C’est avec des sentiments partagés que je quitte Franklin Templeton Investments, mais je suis enthousiaste à l’idée du prochain chapitre de ma vie qui va s’ouvrir et de ce que l’avenir me réserve. Mon annonce selon laquelle j’allais prendre ma retraite après plus de 30 ans passés au sein de la société a été suivie d’un tourbillon d’activités à la saveur douce-amère.

Cet article est aussi disponible en : Anglais, Néerlandais, Allemand, Italien, Polonais

Vous aurez certainement de mes nouvelles à l’avenir, mais j’envisage de confier ce blog à l’équipe de gérants de portefeuille et d’analystes de Franklin Templeton. Ils partageront leurs avis d’experts sur les marchés émergents et je suis convaincu que vous continuerez de trouver les commentaires intéressants, inspirants et divertissants.

Au cours de mes derniers jours passés dans la société, on m’a posé beaucoup de questions sur ce que j’envisage de faire à présent, dont vous avez pu en lire certaines dans la presse financière. J’ai toutefois pensé répondre à certaines des questions qu’on m’a le plus souvent posées.

Q : Mark, pourquoi avez-vous décidé que le temps était venu de quitter Franklin Templeton et de changer de tempo ?

R : La décision a été très difficile à prendre. Trente ans peuvent paraître longs, mais ils sont passés extrêmement rapidement tant les projets que j’ai pu mener  furent nombreux et intéressants. Depuis mon arrivée dans la société en 1987, l’équipe et le volume d’actifs sous gestion ont considérablement augmenté. J’ai décidé qu’il était temps de s’essayer à quelque chose de nouveau, de mener des activités et d’approfondir des centres d’intérêt personnels auxquels je n’avais pas suffisamment de temps à consacrer. Je souhaite par exemple écrire au moins un livre supplémentaire.

Je dois souligner le fait que je laisse derrière moi une équipe particulièrement solide et expérimentée. Certains membres de l’équipe qui avaient commencé avec moi il y a 30 ans sont toujours dans la société, et de nombreux autres sont là depuis 10 ans ou plus. La transition devrait donc se faire en douceur pour nos investisseurs. La nouvelle de mon départ n’a pas été un choc chez Franklin Templeton, il avait en effet été anticipé par l’équipe et la société. Stephen Dover, Directeur des investissements du Templeton Emerging Markets Group, est en charge de l’équipe depuis maintenant plus d’un an, et je pense que cela a été une bonne chose qu’il en prenne les rênes à cette période, car cela a quelque peu facilité mon départ. Bien sûr, cela reste difficile pour moi de partir !

Q : Alors que vous quittez Franklin Templeton, j’ai du mal à vous imaginer simplement assis quelque part sur une plage. Quelle est la prochaine étape ?

R : Pour être honnête, j’aimerais m’asseoir quelque part sur une plage pendant quelque temps ! Mais cela peut vite devenir lassant  et le mot « retraite » ne fait pas vraiment partie de mon vocabulaire. Je vois donc davantage mon départ comme l’ouverture d’une nouvelle étape de ma carrière et de ma vie. Si je souhaite faire beaucoup d’autres choses, j’envisage néanmoins de rester, en quelque sorte, un porte-parole des marchés émergents, car il s’agit de ma carrière et de ma passion. Par conséquent, tant que les gens auront envie de m’écouter, je continuerai d’exprimer mon point de vue !

Q : Si vous regardez en arrière, quelle a été la partie de votre travail que vous avez préférée ou qui a été la plus gratifiante ?

R : J’ai incontestablement aimé voyager vers autant de destinations intéressantes dans le monde et il est bien sûr extrêmement gratifiant d’aider les clients à réaliser leurs objectifs financiers. Mais pour moi, le meilleur aspect fut de pouvoir côtoyer mes collaborateurs, les personnes de Franklin Templeton. Le Templeton Emerging Markets Group dispose d’un groupe incroyable d’analystes qui sont très, très compétents. Je les considère comme des membres de ma famille à de nombreux égards et cela fut un honneur de travailler avec eux. Franklin Templeton a été pour moi, pendant longtemps, un foyer et j’y ai, au fil des ans, noué un grand nombre de relations formidables avec mes collègues. J’espère que je resterai en contact avec beaucoup d’entre eux.

Q : En parlant de voyages intéressants : vous étiez basé en Asie, mais vous avez la réputation d’un aventurier qui a fait plusieurs fois le tour du monde. Y a-t-il des endroits que vous n’avez pas visités et que vous aimeriez rayer de votre liste?

R : Je me suis rendu dans la plupart des pays du monde, mais il y en a quelques-uns que je n’ai pas visités. Je ne suis jamais allé en Corée du Nord et il y a quelques pays africains que je ne connais pas encore. Il y a aussi un certain nombre de pays que j’ai déjà visités et où j’aimerais retourner et passer plus de temps. Il y a des endroits dans lesquels je n’ai passé qu’un jour ou deux, alors que j’ai séjourné en d’autres lieux pendant quelques semaines ou mois. Hong Kong devrait rester mon foyer, mais je prévois de continuer à voyager aussi longtemps que je le peux.

Q : Quel a été l’événement le plus difficile que vous ayez vécu sur le marché ? Comment l’avez-vous traversé et qu’avez-vous appris de cette expérience ?

R : J’ai été confronté au cours de ma vie à un nombre impressionnant d’événements difficiles survenus sur le marché. Il est compliqué d’en sélectionner un. Mais la période la plus difficile de ma carrière chez Franklin Templeton qui me vient à l’esprit est probablement celle où nous investissions en Amérique latine au moment de l’hyperinflation à la fin des années 1980 et au début des années 1990. L’inflation s’élevait à environ 2 000 ou 3 000 % au Brésil, et l’Argentine connaissait également une période d’inflation spectaculaire. Déterminer la valeur d’une action n’était pas chose aisée dans une telle conjoncture.

Q : Vous avez passé vos jeunes années à étudier et à travailler dans différents domaines avant d’entamer votre longue et fructueuse carrière dans la gestion d’actifs. Quel conseil donneriez-vous à de jeunes investisseurs qui commencent tout juste ?

R : Je pense que l’une des caractéristiques essentielles d’une carrière réussie dans la gestion d’actifs  est de garder un esprit ouvert. Ne jamais écarter une possibilité. Apprendre sans cesse, savoir rester humble. L’humilité est très importante, car si vous savez rester humble, vous pouvez apprendre de nouvelles choses et accepter de nouvelles idées. Le monde évolue à une vitesse telle qu’il est extrêmement important d’adopter cette attitude.

Q : Vous avez sans conteste été plus actif que la plupart des personnes de votre âge. Qu’est-ce qui vous fait avancer et qui vous fait garder cet esprit jeune ?

R : Je pense que ce qui me fait garder un esprit jeune est sans doute l’intérêt que je porte à pratiquement toute chose. Je m’intéresse profondément à de très nombreux aspects de la vie. J’aime continuer d’étudier et d’apprendre, je garde mon cerveau actif, de même que mon corps. J’essaye également d’avoir une attitude positive face à la vie. C’est quelque chose de très, très important.

Q : Quel héritage pensez-vous laisser à Franklin Templeton après 30 ans passés dans la société ?

R : J’espère laisser en héritage le goût du dur labeur, de la curiosité et de l’apprentissage. Je pense que ce sont les choses dont j’aimerais que l’on se souvienne en pensant à moi.

Les commentaires, opinions et analyses de Mark Mobius sont présentés uniquement à des fins d’information et ne doivent pas être interprétés comme des conseils d’investissement individuels ou une recommandation visant un titre ou une stratégie d’investissement particulière. Les conditions économiques et de marché étant susceptibles d’évoluer rapidement, les commentaires, opinions et analyses sont valables à leur date de publication et peuvent changer sans préavis. Les présentes ne constituent pas une analyse exhaustive de tous les aspects importants d’un pays, d’une région, d’un marché, d’un secteur, d’un investissement ou d’une stratégie.

 Mentions légales importantes

Tout investissement comporte des risques, notamment celui de ne pas récupérer le capital investi. Les investissements dans des titres étrangers comportent des risques spécifiques, comme les fluctuations de change, l’instabilité économique et l’évolution de la situation politique. Les investissements dans les marchés émergents, dont les marchés frontières constituent un sous-ensemble, impliquent des risques accrus liés aux mêmes facteurs, en plus de ceux associés à la taille réduite de ces marchés, à leur moindre liquidité et à l’absence de cadres juridiques, politiques, commerciaux et sociaux établis pour soutenir les marchés boursiers. Étant donné que ces cadres sont généralement encore moins développés sur les marchés frontières, entre autres facteurs, notamment le potentiel accru de volatilité extrême des prix, l’illiquidité, les barrières commerciales et les contrôles des changes, les risques associés aux marchés émergents sont amplifiés sur les marchés frontières. Les cours des actions fluctuent, parfois de manière rapide et spectaculaire, en raison de facteurs affectant certaines entreprises, des industries ou secteurs particuliers ou la conjoncture générale du marché.

Leave a reply

Votre e-mail ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont marqués