Nos aventures d’investissement dans les marchés émergents

Asie

Secteur du smartphone en Asie : ne raccrochez pas

Malgré la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, Sukumar Rajah, de Franklin Templeton Emerging Markets Equity, ne pense pas que les opportunités sur les marchés émergents aient disparu. Il explique comment un marché du smartphone saturé pourrait créer des opportunités liées à l'innovation dans les marchés émergents d'Asie.

Cet article est aussi disponible en : Anglais, Chinois simplifié, Allemand, Italien, Espagnol, Polonais

Les tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine restant vives, tous les regards seront évidemment tournés vers le prochain épisode de cette saga tarifaire qui voit s’enchaîner les représailles. Au vu de la nature mondialisée de la chaîne d’approvisionnement, les produits technologiques sont au centre de ce différend, ce qui inquiète certains investisseurs des marchés émergents. Divers commentateurs ont suggéré que la décision de Donald Trump de retarder la hausse des tarifs douaniers sur certains produits chinois jusqu’en décembre s’expliquait par une réticence à voir augmenter les prix des téléphones mobiles, des ordinateurs portables et des consoles de jeux vidéo à l’approche de la période des fêtes aux États-Unis. Toutefois, les tensions entre les États-Unis et la Chine ne sont pas le seul problème auquel le secteur technologique doit faire face.

La dégradation des relations entre la Corée et le Japon au cours de l’année écoulée, due à des problèmes historiques a elle aussi généré des incertitudes dans le secteur technologique. Le Japon a renforcé les règles d’exportation de trois matériaux clés vers le secteur sud-coréen des semi-conducteurs.

Bien que cette controverse n’ait pas encore eu d’impact significatif à court terme, elle a brouillé les pistes quant aux perspectives à moyen et à long terme pour le secteur faute d’un calendrier clair pour un règlement entre les deux pays. Si ces problèmes commerciaux devaient persister ou s’aggraver, des acteurs incontournables de la fabrication de composants de smartphones tels que Samsung Electronics et Hynix pourraient se trouver confrontés non seulement à des goulets d’étranglement au niveau de la production, mais aussi à des défis liés au passage à la technologie de nouvelle génération, car il faudra du temps pour localiser et/ou implémenter les changements en matière d’approvisionnement.

En dépit de cette incertitude, nous restons positifs sur les tendances structurelles du secteur du matériel technologique, et nous continuons à déceler des opportunités au sein de celui des smartphones, notamment pour les entreprises aux fortes capacités d’innovation et aux finances solides.

La lutte des fabricants de smartphones pour le premier prix de l’Innovation

La croissance des ventes de smartphones au cours de la dernière décennie a été phénoménale. En 2016, il s’en est vendu près de 1,5 milliard dans le monde, soit de quoi équiper une personne sur cinq.1 

De nombreux fabricants de smartphones s’apprêtent à commercialiser des appareils dotés de capacités de cinquième génération (5G) pour exploiter les nouveaux réseaux mobiles 5G que déploient des pays comme la Corée du Sud. Toutefois, certains indices montrent que le marché mondial des smartphones pourrait avoir atteint son niveau de saturation : il semble que les livraisons de smartphones aient baissé au deuxième trimestre de 2019.2 

Bien que la croissance du nombre de smartphones ait ralenti, nous nous attendons à voir les fabricants continuer à dépenser plus par téléphone afin d’améliorer certaines caractéristiques de leurs appareils, d’attirer ainsi les consommateurs, et de gagner des parts de marché. Cette course à la création de valeur pour le consommateur devrait créer des opportunités d’investissement parmi les fabricants de composants de smartphones.

La qualité des caméras qui équipent les smartphones est un des domaines où l’on pourrait voir les fabricants chercher à se différencier. Les acteurs principaux ont mis en avant un nombre croissant d’appareils photo, des designs plus complexes, ou encore des objectifs à plus haute résolution.

Cette demande d’innovations incessantes au niveau de l’optique profite aux leaders technologiques des objectifs de smartphones, car elle leur permet de continuer à augmenter non seulement le volume mais aussi le prix de vente moyen. En effet, la fréquence des mises à niveau leur permet de maintenir le prix de vente moyen, voire de l’augmenter, alors que les retardataires peinent à répondre à des exigences technologiques et qualitatives toujours plus élevées.

Le stress de la guerre commerciale ouvre des perspectives en termes de parts de marché

Au fur et à mesure que les tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine s’éternisent, nous voyons émerger, pour les fabricants non chinois de composants de smartphones, une opportunité de gagner des parts de marché.

La raison pour laquelle les entreprises délocalisent certains aspects de la production et de l’assemblage des smartphones ailleurs qu’en Chine se résume à l’augmentation des coûts du terrain, de la main-d’œuvre et de la production générale des biens dans ce pays. La guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine a accéléré cette tendance.

Nous avons constaté que les multinationales investissent dans des fournisseurs capables de se diversifier en dehors du marché chinois des smartphones et dans des centres de fabrication à bas prix en Asie. Le Vietnam et l’Inde ont constitué des choix de relocalisation attrayants. Ces deux pays hébergent des industries manufacturières florissantes, et nous pensons qu’ils sont l’un comme l’autre en mesure d’en profiter puisque les entreprises investissent massivement dans les usines, l’équipement et les chaînes d’approvisionnement. Tant au Vietnam qu’en Inde, un nombre croissant d’entreprises ont mis sur pied des laboratoires de R&D de pointe, où les coûts d’exploitation sont généralement inférieurs à ceux des économies avancées.

En Inde, les entrées cumulées des investissements directs étrangers (IDE) ont atteint 64 milliards de dollars l’an dernier.3  La ville de Noida, située à la périphérie de New Delhi, est aujourd’hui un des plus importants pôlesde fabrication de smartphones au monde. Selon les estimations du secteur, il devrait s’y produire 120 millions d’unités par an pour une seule entreprise.

Le Vietnam a lui aussi attiré l’attention générale. Les investissements directs étrangers s’y sont élevés à 19 milliards de dollars pour 2018.4  Cet ancien haut lieu de la fabrication de vêtements s’est élevé dans la chaîne de valeur pour produire des biens liés à la technologie, y compris des composants pour smartphones. Par ailleurs, la proximité géographique du pays avec la Chine permet aux entreprises d’intégrer plus aisément le Vietnam dans des chaînes d’approvisionnement de smartphones souvent complexes.

Bien que les perspectives du Vietnam semblent prometteuses, ce pays est actuellement confronté à certaines contraintes pour égaler les capacités de production de la Chine. Cependant, nous voyons le Vietnam et d’autres économies plus petites gagner des parts de marché, en particulier dans certains secteurs de niche.

Récapitulons

Tout compte fait, nous pensons que certains segments du secteur des smartphones présentent un potentiel de croissance à long terme qui pourrait donner lieu à des investissements dans les années à venir. À notre avis, les tensions commerciales actuelles ouvrent des opportunités à des entreprises de qualité capables de naviguer et de préserver leur capacité bénéficiaire dans un marché déjà saturé.

En tant qu’investisseurs à long terme, nous cherchons à identifier les entreprises que nous pensons susceptibles de bénéficier des tendances structurelles évoquées ici. Nous recherchons des entreprises combinant une direction de haute qualité, une forte capacité d’innovation et une solide génération de flux de trésorerie. Selon nous, ces caractéristiques aideront ces entreprises à naviguer et, potentiellement, à gagner des parts de marché dans l’environnement opérationnel plus complexe engendré par la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine.

Pour recevoir d’autres articles de Franklin Templeton par e-mail, abonnez-vous au blog Nos aventures sur les marchés émergents.

Pour recevoir des informations abrégées sur l’investissement, suivez-nous sur Twitter @FTI_France et sur LinkedIn.

 

Mentions légales importantes

Les commentaires, opinions et analyses du présent document sont communiqués à titre d’information uniquement ; ils ne sauraient être considérés comme un conseil d’investissement individuel ou comme une recommandation d’investir dans un quelconque titre ou d’adopter une quelconque stratégie d’investissement. Les conditions économiques et de marché étant susceptibles d’évoluer rapidement, les commentaires, opinions et analyses sont valables à leur date de publication et peuvent changer sans préavis.

Les entreprises et études de cas présentées ici sont utilisées uniquement à des fins d’illustration ; tout investissement peut ou non être détenu par tout portefeuille conseillé par Franklin Templeton Investments. Les opinions ne sont destinées qu’à fournir un aperçu de la manière dont les titres sont analysés. Les informations fournies ne constituent ni une recommandation ni des conseils individuels en investissement pour tout titre, stratégie ou produit de placement spécifique. Elles n’indiquent pas les intentions de négociation de tout portefeuille géré par Franklin Templeton. Il ne s’agit pas d’une analyse complète des données relatives à un secteur, un titre ou un investissement et elles ne doivent pas être considérées comme une recommandation d’investissement. Ce document a pour but de fournir un aperçu du processus de sélection du portefeuille et de recherche. Les exposés de faits proviennent de sources considérées comme fiables, mais leur exhaustivité ou leur exactitude n’ont pas fait l’objet d’une vérification indépendante. Ces opinions ne peuvent pas être considérées comme un conseil en investissement ni une offre pour tout titre spécifique. 

Les performances passées ne constituent pas un indicateur ni une garantie des résultats futurs. 

Les données de tierces parties peuvent avoir été utilisées dans la préparation de ce document, et Franklin Templeton (« FT ») n’a pas vérifié, validé, ni audité de manière indépendante ces données. FT décline toute responsabilité en cas de perte due à l’utilisation de ces informations, et la pertinence des commentaires, des opinions et des analyses contenus dans ce document est laissée à la seule appréciation de l’utilisateur. Les produits, services et informations peuvent ne pas être disponibles dans toutes les juridictions et sont fournis par les sociétés affiliées de FT et/ou leurs distributeurs, dans la mesure où la réglementation/législation locale l’autorise. Veuillez consulter votre conseiller financier pour toute information supplémentaire sur la disponibilité des produits et services dans votre juridiction.

Quels sont les risques ?

Tout investissement comporte des risques, notamment celui de ne pas récupérer le capital investi. Les cours des actions sont soumis à des fluctuations, parfois rapides et importantes, en raison de facteurs affectant les entreprises individuelles et certains secteurs ou sous-secteurs, ou du fait des conditions générales de marché. Les investissements dans des titres étrangers comportent des risques spécifiques, comme les fluctuations de change, l’instabilité économique et l’évolution de la situation politique. Investir sur les marchés émergents, y compris dans la sous-catégorie des marchés frontières, comporte des risques accrus liés à ces mêmes facteurs, lesquels s’ajoutent aux risques liés à leur plus petite taille, à leur liquidité moins importante et à l’absence de cadre juridique, politique, commercial et social établi pour soutenir les marchés de valeurs mobilières. Les risques liés à l’investissement dans les marchés frontières sont encore supérieurs à ceux associés aux marchés émergents en raison du développement moins avancé des structures précitées, ainsi que du potentiel de forte volatilité des prix, de la liquidité insuffisante, des barrières commerciales et des contrôles sur les taux de change. Les placements dans des secteurs à forte croissance comme les technologies (secteur historiquement volatil) peuvent connaître des fluctuations boursières accrues, notamment sur le court terme, en raison de la vitesse de développement des produits et des évolutions des réglementations publiques dans le sillage d’avancées scientifiques ou technologiques.

 

 

1. Source : Fonds monétaire international, « A New Smartphone for Every Fifth Person on Earth: Quantifying the New Tech Cycle », janvier 2018.

2. IHS Markit, août 2019

3. Source : Ministère du Commerce et de l’Industrie, juillet 2019

4. Source : Ministère vietnamien de la Planification et de l’Investissement, décembre 2018.

Leave a reply

Votre e-mail ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont marqués