Nos aventures d’investissement dans les marchés émergents

Esquiver les ballons de foot et les requins à Recife au Brésil

Cet article est aussi disponible en : Anglais, Chinois simplifié, Allemand, Italien, Espagnol

Beaucoup connaissent la ville de Recife, dans l’État fédéral du Pernambouc au nord-est du Brésil, sous le nom de « Venise du Brésil » en raison de ses nombreux canaux et ponts. Escale hivernale bienvenue pour notre équipe marchés émergents, la ville bénéficie d’un climat tropical aussi chaleureux et ensoleillé que ses habitants. Même si les Brésiliens de cette région sont souvent perçus comme extrêmement décontractés en raison du beau temps, ils nous ont semblé être des travailleurs acharnés. Ainsi, notre chauffeur de taxi local nous a indiqué qu’il travaillait 12 heures par jour, six jours par semaine ! Selon nous, cette plateforme du commerce maritime n’est pas seulement un centre touristique mais présente aussi des opportunités d’investissement intéressantes.

Fans de football

Comme Recife sera l’une des 12 villes organisatrices de la Coupe du monde 2014 de la FIFA™, nombreux sont ceux qui travaillent aussi sur des projets d’infrastructure et de construction. À l’image du reste du pays, les Recifiens sont fous de foot. Métropole de quatre millions d’habitants, Recife a son lot de problèmes, notamment une mauvaise réputation en termes de criminalité, même si le taux d’homicides y est inférieur à celui de nombreuses autres grandes villes, comme Détroit et La Nouvelle-Orléans aux États-Unis.[1]

Toutefois, l’eau renferme un danger peut-être plus grand encore : des requins agressifs rôdent au large des belles plages de Recife, qui attirent de nombreux touristes. La ville doit son nom au récif qui borde une partie des plages, mais les requins les franchissant à marée haute, les nageurs et les surfeurs doivent redoubler de prudence. Depuis 1992, plus de 50 attaques de requins ont été enregistrées, dont certaines mortelles. L’interdiction de surfer au large des plages de la ville est entrée en vigueur en 1995. De plus, les autorités fédérales ont tenté de réduire les attaques de requins en installant des panneaux de prévention le long des plages et en utilisant des bateaux de patrouille pour attraper ceux qui s’approcheraient trop près des côtes. Même si Recife figure au classement des dix premiers sites mondiaux en termes d’attaques de requins, ce n’est bien évidemment pas le seul endroit au monde où ce phénomène est un problème. Sur cette liste figurent également des sites en Australie et en Afrique du Sud, ainsi qu’à Hawaï, en Californie et en Floride pour les États-Unis. Fort heureusement, le gouvernement de Recife a pris des mesures radicales pour prévenir de telles attaques.

Du sable fin au béton

Bien sûr, nous n’avons pas visité Recife pour ses plages ; nous y sommes allés pour évaluer une société de béton précontraint. Par conséquent, nous avons visité plusieurs sites de construction, notamment des bâtiments d’usines et d’autres avec de grandes travées ouvertes. Matériau de construction résistant utilisé pour palier aux faiblesses naturelles du béton en matière de tension, le béton précontraint est un mélange de béton haute performance et de bandes d’acier utilisé dans divers aspects de la construction, des poutres aux sols en passant par les ponts.

L’un des meilleurs exemples d’utilisation de béton précontraint que nous avons observé est le centre commercial de Rio Mar, un bâtiment imposant, moderne et aux belles lignes qui vient d’être achevé.

Vue d'ensemble d'un site de construction dans la ville ensoleillée de Recife au Brésil

Nous avons exploré le complexe portuaire industriel de Suape. Grâce aux avantages fiscaux accordés par le gouvernement, de nombreuses entreprises industrielles ont été créées dans les années 1970 et 1980 au Brésil. Aujourd’hui, la région du port de Suape abrite de nombreuses industries, notamment de brasserie, de conserve et textiles. C’est un grand chantier naval où nous avons pu observer deux grands pétroliers en construction, dans le cadre des efforts du gouvernement pour approvisionner localement l’industrie pétrolière offshore brésilienne (navires de forage et de production, et plateformes offshore).

Nous avons également visité l’immense projet de construction de 13 500 hectares dans le secteur du Port, qui comprend une raffinerie et un complexe pétrochimique, en plus de nombreux projets industriels complémentaires et annexes. Co-entreprise brésilo-vénézuélienne, son activité sera le raffinage de pétrole lourd extrait au Vénézuela et au Brésil pour produire du gazole et d’autres produits pétrochimiques, et répondre à la demande croissante du nord-est du Brésil. Le coût de ce projet était estimé à l’origine à 2,5 milliards de dollars américains, mais son budget a désormais dépassé les 16 milliards. Sur fond de difficultés politiques et de financement, ce partenariat a montré quelques signes de faiblesse, mais il a pu se poursuivre grâce à l’apport de 75 % des garanties de prêts nécessaires par China Development Bank, en échange de futures cargaisons de pétrole. Sa construction a débuté en 2006 et n’est pas terminée à ce jour. D’après ce que nous avons pu voir dans l’ensemble, ce gigantesque site de construction fourmille d’activité mais il serait ambitieux d’envisager qu’il soit terminé cette année compte tenu du travail qui reste à accomplir.

Une fois achevé, le complexe pétrochimique de Recife pourrait bénéficier à la population brésilienne. La canne à sucre est l’une des principales récoltes du pays, et l’éthanol fabriqué à partir du sucre est une industrie importante. Tous ces projets (ainsi qu’une activité touristique florissante) font de Recife une ville très dynamique. Avec une démographie en hausse, les entreprises de la distribution se portent relativement bien, comme le montrent les foules dans les centres commerciaux. Nous avons décelé plusieurs opportunités d’investissement dans le nord-est du Brésil et nous envisageons de passer plus de temps dans cette région, mais nous savons d’ores et déjà que le surf ne sera pas au programme !

Leave a reply

Votre e-mail ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont marqués