Nos aventures d’investissement dans les marchés émergents

Actions

Les investisseurs deviennent prudents en septembre après un bon début de trimestre

Les marchés émergents ont adopté des approches différentes face à la COVID-19 et sont à des stades différents de la reprise. L’équipe de Franklin Templeton Emerging Markets Equity examine les tendances, l’actualité et les données qui ont façonné les marchés émergents au cours du troisième trimestre, et partage ses dernières perspectives.

Cet article est aussi disponible en : Anglais, Allemand, Italien, Espagnol, Polonais

Trois choses auxquelles nous réfléchissons aujourd’hui  

  1. Le Brésil est l’un des pays les plus touchés par la pandémie de COVID-19, juste derrière les États-Unis et l’Inde en nombre de cas déclarés. Cependant, nous avons commencé à voir le nombre de nouveaux cas au Brésil commencer à diminuer. Ironiquement, nous pensons que la décision du gouvernement de ne pas mettre en place un confinement à l’échelle nationale au début de la pandémie a réduit la probabilité d’une deuxième vague. L’importance des dépenses publiques et l’assouplissement de la politique monétaire ont contribué à apporter une certaine stabilité à l’économie. De plus, le Brésil a continué à mettre en œuvre des réformes clés en dépit du bruit politique. En termes d’opportunités d’investissement, nous continuons de privilégier le secteur financier au Brésil, en particulier les entreprises fortement exposées au marché des capitaux. Il est intéressant de noter que la Bourse brésilienne elle-même a un solide programme de développement durable, tandis que les principes environnementaux, sociaux et de gouvernance sont non seulement mis en œuvre au sein de la bourse elle-même, mais également promus sur le marché boursier brésilien au sens large. Le commerce en ligne est un autre thème d’investissement passionnant, avec plusieurs grands acteurs qui se font concurrence sur la toile. Comme dans d’autres pays, la crise COVID-19 a accéléré l’adoption de la vente au détail sur Internet au Brésil. Malgré les incertitudes persistantes, notre opinion sur les actions brésiliennes est globalement positive.
  2. La pandémie de COVID-19 a souligné l’importance de la santé en Chine, en renforçant des tendances structurelles qui pourraient stimuler une nouvelle vague d’innovation dans le pays. De nombreux facteurs favorisent le développement de médicaments et de dispositifs médicaux au niveau national, notamment la demande croissante de soins de santé, le vieillissement de la population, l’augmentation des maladies liées au mode de vie et des revenus, ainsi que les efforts du gouvernement pour renforcer le système de santé. En outre, le nombre croissant de scientifiques et d’entrepreneurs chinois formés à l’étranger qui reviennent au pays constitue un réservoir abondant de talents locaux. Nous voyons un potentiel de croissance à long terme plus important chez les fabricants de médicaments innovants dotés de solides portefeuilles ou pipelines de traitements que chez les producteurs de génériques susceptibles d’être confrontés à des pressions en termes de prix en raison des réformes gouvernementales. Certaines sociétés biotechnologiques chinoises ont également fait preuve d’une rapidité remarquable pour mettre de nouveaux traitements sur le marché. Les sociétés du secteur de l’externalisation pharmaceutique sont également prometteuses. Parallèlement, nous voyons aussi des exemples d’innovation chez les fabricants de matériel médical, leaders de la fourniture domestique, qui bénéficient déjà d’un avantage en termes de coût sur les concurrents étrangers et dont la croissance pourrait être encouragée par les politiques publiques de soutien à la localisation. Nous estimons que ces sociétés appartiennent à un nouveau type d’entreprises novatrices qui pourraient transformer le paysage médical au cours des prochaines années. Sous l’effet combiné de marchés financiers florissants, de politiques favorables et de talents motivés, un écosystème dynamique est en passe de prendre forme.
  3. L’engagement des entreprises est un élément crucial de l’investissement sur les marchés émergents. Nous ne cessons de mettre l’accent sur l’amélioration du comportement des entreprises et une meilleure compréhension de leurs responsabilités envers toutes les parties prenantes dans le cadre de la gestion des capitaux de nos clients. L’engagement sur les marchés émergents a changé de tonalité : les entreprises qui appliquaient auparavant une approche étroite et stricte en termes de rendements adoptent désormais des mesures plus accommodantes. Dans des pays tels que la Corée du Sud, l’Afrique du Sud et le Brésil, les entreprises mettent davantage l’accent sur les enjeux ESG. Nous avons vu de grandes entreprises sud-coréennes s’excuser publiquement pour des erreurs de gouvernance et gérer leurs bilans plus efficacement en restituant des capitaux aux actionnaires. Les rapports ESG sont devenus obligatoires dans certains pays, une tendance qui devrait se poursuivre dans le reste du monde. Le débat sur les critères ESG évolue encore dans le contexte de la pandémie de COVID-19, avec un accent plus marqué sur l’impact social des politiques. De nombreux gouvernements soutiennent l’emploi, tandis que les entreprises sont plus conscientes des risques que représentent les licenciements pour leur réputation. L’ESG est devenu plus important, les entreprises le considérant comme essentiel pour une performance commerciale durable. Ce « delta » de l’amélioration des critères ESG dans les marchés émergents est une nouvelle source d’impulsion favorable aux perspectives à long terme de cette classe d’actifs au moment de la sortie de crise mondiale.

Perspectives

Le marché s’attendait à une plus grande normalité au dernier trimestre 2020, mais, avec l’augmentation des cas de COVID-19 en Europe et dans certains pays du monde, il est évident que le virus va persister. Par conséquent, les décideurs politiques semblent rester en alerte. Le point positif est que ces pays n’ont pas connu de hausse correspondante de la mortalité, ce qui reflète l’amélioration des traitements et une augmentation du nombre de tests permettant de révéler les cas asymptomatiques. Malgré l’un des confinements les plus stricts et les plus complets au monde, l’Inde n’a pas pu empêcher une augmentation tardive du nombre de cas de COVID-19 et a dépassé le Brésil qui a enregistré le deuxième plus grand nombre de cas au monde, derrière les États-Unis. Cependant, étant donné que la mortalité a été contenue avec une baisse marquée du nombre de décès quotidiens depuis le pic, l’économie indienne continue de rouvrir malgré l’augmentation du nombre de cas.

Nous anticipons une stabilisation de l’environnement politique, économique et commercial actuel dans les marchés émergents jusqu’à ce qu’un vaccin soit largement distribué ou qu’une immunité collective soit obtenue, avec des résultats et des effets très variables selon les pays. Dans ces circonstances, la reprise sera probablement beaucoup moins importante (elle prendra beaucoup plus de temps) et plus volatile (en réponse à la politique d’arrêt et de redémarrage) que les fortes baisses enregistrées plus tôt dans l’année. Les gouvernements ont déjà dépensé d’énormes sommes d’argent, mais de nombreuses entreprises continuent de fermer leurs portes alors que les confinements et autres politiques restructurent les économies.

Les relations entre les États-Unis et la Chine n’ont cessé de se détériorer et les querelles politiques à l’approche de l’élection présidentielle américaine pourraient entraîner plus de bruit et des développements politiques négatifs dans l’intervalle. La volatilité des marchés pourrait persister, surtout si les résultats des élections sont contestés. En tout état de cause, nous attendons des deux candidats politiques américains qu’ils maintiennent la pression sur la Chine. Nous nous attendons également à ce que le conflit commercial et technologique entre les États-Unis et la Chine continue d’exercer une pression sur les chaînes d’approvisionnement, ce qui entraînera une plus grande localisation et un resserrement des liens.

Les secteurs des technologies de l’information et des services de communication ont fait preuve d’une résilience exceptionnelle, une tendance qui devrait se poursuivre dans le contexte actuel. Le leadership et la croissance des marchés émergents devraient, selon nous, se poursuivre dans divers domaines tels que les semi-conducteurs, les jeux en ligne et le déploiement de la technologie sans fil de cinquième génération (5G).

Tendances et évolutions clés des marchés émergents

Les actions des marchés émergents ont augmenté au cours d’un trimestre volatil et devancé les actions des marchés développés. La reprise économique qui a suivi le blocage de l’économie, la poursuite de la politique accommodante et les progrès des essais de vaccins contre la COVID-19 ont alimenté un premier rebond, mais celui-ci s’est effondré à la suite de nouvelles flambées de cas de COVID-19 et des tensions accrues entre les États-Unis et la Chine à l’approche de l’élection présidentielle américaine. Globalement, les devises émergentes ont gagné du terrain par rapport au dollar américain. En dollars américains, l’indice MSCI Emerging Markets s’est adjugé 9,7 % sur le trimestre, contre 8,0 % pour l’indice MSCI World en dollars US1.

Les initiatives les plus significatives dans les marchés émergents durant le troisième trimestre 2020

Les actions des pays asiatiques émergents ont affiché une performance supérieure à celle de l’ensemble des pays émergents, avec une forte progression au cours du trimestre. Les marchés de Taïwan, de l’Inde, de la Corée du Sud et de la Chine ont grimpé en raison du fort intérêt des investisseurs pour les poids lourds de la technologie. En Inde, les résultats meilleurs que prévu des entreprises ont également protégé le marché contre la propagation soutenue de COVID-19. La reprise économique de la Chine s’est généralisée, bien que l’escalade des restrictions américaines à l’encontre des entreprises technologiques chinoises incite à la prudence. À contrepied de la tendance haussière de la région, les actions thaïlandaises, indonésiennes et philippines ont chuté. Les démissions du cabinet et les manifestations antigouvernementales en Thaïlande ont alimenté l’incertitude politique. L’Indonésie a réintroduit des restrictions de mobilité dans sa capitale pour lutter contre la hausse des infections à la COVID-19.

Les actions latino-américaines ont enregistré de fortes baisses sur le trimestre malgré un excellent mois de juillet, en partie à cause de la faiblesse des monnaies nationales. Le bruit politique et les données du produit intérieur brut du deuxième trimestre, plus mauvaises que prévu, ont pesé sur le sentiment du marché brésilien. Le gouvernement a également dévoilé la première phase de sa réforme administrative et a prolongé l’aide d’urgence mensuelle pour soutenir les personnes touchées par les mesures de confinement, tandis que la banque centrale a abaissé son taux d’intérêt directeur à un niveau record de 2,0 %. Le Mexique, cependant, a terminé le trimestre sur des résultats positifs, en grande partie grâce à un peso plus fort. La banque centrale mexicaine a également baissé son taux directeur de 0,75 %, pour le porter à son niveau le plus bas depuis quatre ans. Une reprise progressive de l’activité économique et un redressement des attentes des entreprises ont soutenu la confiance dans les actions péruviennes.

Dans la région Europe, Moyen-Orient et Afrique, les marchés européens ont été moins performants que leurs homologues du Moyen-Orient et d’Afrique, la résurgence de nouveaux cas de COVID-19 ayant entraîné un durcissement des mesures de quarantaine dans plusieurs économies européennes. La baisse des prix du pétrole, les inquiétudes géopolitiques et la dépréciation du rouble ont effacé l’impact positif du développement d’un vaccin COVID-19 et des données du PIB du deuxième trimestre meilleures que prévu, ce qui a pesé sur les actions russes. Ailleurs, le gouvernement sud-africain a continué à assouplir les restrictions liées à la COVID-19, ouvrant le pays aux voyages intérieurs, et prévoit de reprendre les voyages internationaux en octobre. La banque centrale a réduit son taux directeur de 0,25 % pour atteindre un plancher record de 3,5 % en juillet, avant de maintenir le taux inchangé à l’issue de sa réunion de septembre.

Perspectives régionales

Faites glisser la souris sur la carte pour voir les commentaires sur les pays indiqués et notre opinion
Vert = positive, Rouge = négative, Bleu = neutre
Le graphique reflète l’opinion de Franklin Templeton Emerging Markets Equity pour chaque région et ses données sont mises à jour chaque trimestre. Tous les points de vue reflètent uniquement les avis et opinions de Franklin Templeton Emerging Markets Equity. Ils ne représentent pas les titres d’un compte ou portefeuille réel.

Perspectives régionales Période de trois mois close le 30 septembre 2020
ISO Code Pays Sentiment Score Opinion
CN Chine 0.5 Le contexte économique devrait demeurer difficile et contrasté, même si la COVID-19 se stabilise, car il s’agit à présent d’un problème mondial. Cependant, la réponse politique du gouvernement devrait atténuer l’impact. Il semble que la Chine sera probablement la première puissance sur le chemin de la reprise, à moins d’une nouvelle vague. De façon générale, nous sommes convaincus que la Chine sortira très probablement plus forte de cette crise.
IN Inde 0.5 Les fondamentaux à long terme, y compris la sous-pénétration, la formalisation de l’économie et la stabilité du gouvernement, demeurent intacts. Toutefois, l’inflation structurellement limitée et l’amélioration potentielle des bénéfices des entreprises sont compensées par le ralentissement de la croissance économique et une révision à la baisse des bénéfices.
ID Indonésie 0 Les perspectives à 12 mois demeurent incertaines. Le gouvernement s’est empressé de rouvrir l’économie malgré l’augmentation des cas de COVID-19 et des décès. Les efforts de lutte contre la propagation de la COVID-19 en Indonésie sont parmi les plus faibles de la région de l’ANASE, tandis que le déploiement du programme de relance du gouvernement a également été lent et inefficace.
KR Corée du Sud 0.5 Les indicateurs macro-économiques se sont détériorés en raison de la pandémie de COVID-19, mais nous nous attendons à ce que la situation se normalise une fois la crise sanitaire passée. Toutefois, les inquiétudes suscitées par les réglementations gouvernementales s’amplifient, tandis que la situation géopolitique requiert une attention particulière.
TH Thaïlande 0 Bien que les perspectives domestiques à court terme semblent plus positives que celles de ses homologues de l’ANASE à mesure que l’économie se réouvre, les perspectives globales sont négatives pour les raisons suivantes : i) les faibles perspectives pour les échanges commerciaux mondiaux ; ii) le recul de l’activité touristique ; iii) le manque d’investissements privés pour stimuler la consommation domestique ; iv) les incertitudes politiques.
TW Taïwan 0.5 Les perspectives à court terme demeurent négatives, l’épidémie de COVID-19 ayant ralenti l’économie mondiale. Bien que les États-Unis et la Chine soient parvenus à un accord commercial partiel, les différends commerciaux qui les opposent devraient persister. L’embargo américain
à l’égard de Huawei perturbe également l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement dont font partie de nombreuses sociétés informatiques taïwanaises. Les perspectives à moyen et long terme demeurent positives en raison du déploiement de la 5G et de l’accélération de la relocalisation de la production.
PL Pologne 0.5 Les politiques incluant un protectionnisme accru, des réglementations et des taxes sont préoccupantes. Sur le plan économique, la contraction du PIB en 2020 devrait être parmi les plus faibles de l’Union européenne.
CZ République tchèque 0.5 Bien que la République tchèque soit l’un des pays les plus stables d’Europe de l’Est et des marchés émergents, elle dispose d’un marché des capitaux peu profond et de possibilités d’investissement limitées. Son économie est intégrée à l’économie allemande centrée sur l’exportation ; ainsi, une reprise dépend également de ce marché, qui est actuellement remis en question.
HU Hongrie 0.5 En tant qu’économie ouverte et fortement exportatrice, l’économie hongroise est intégrée à l’économie allemande centrée sur l’exportation ; ainsi, une reprise dépend également de ce marché, qui est actuellement remis en question.
RU Russie 1 Dans un contexte de stabilité des prix pétroliers et du rouble, les valeurs nationales devraient bénéficier des révisions des bénéfices et de l’amélioration des rendements de dividende. La situation politique devrait demeurer stable, les prochaines élections présidentielles étant prévues en 2024. Les risques macroéconomiques demeurent élevés en raison de la volatilité des prix des matières premières, de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine et de l’éventualité de sanctions supplémentaires des États-Unis et/ou de l’Union européenne. Globalement, nous maintenons un point de vue positif, car les taux d’intérêt historiquement bas en Russie devraient favoriser les investissements locaux sur le marché boursier. Cependant, les inquiétudes liées au COVID-19 continuent d’affecter le marché.
PE Pérou 0.5 La volatilité politique a entravé la reprise économique du Pérou, en détournant l’attention des dépenses publiques et des investissements dans les infrastructures. Néanmoins, la confiance des entreprises est passée à 38,0 en août, contre 35,0 en juillet, les entreprises ayant continué à réagir positivement à l’assouplissement des mesures de confinement au cours des derniers mois. Toutefois, l’indicateur reste bien en dessous du seuil de 50 points qui sépare le pessimisme de l’optimisme des entreprises. Les entreprises ont fait état de gains généraux en août, les opinions concernant leur secteur, la demande future de leurs produits et leur situation financière s’étant toutes améliorées.
La production de cuivre du Pérou a rebondi à ~100 % des niveaux normalisés en juillet contre ~60 % en mai et ~90 % en juin.
BR Brésil 0.5 La pandémie de COVID-19 devrait avoir un impact durable sur l’économie brésilienne. La vitesse et la vigueur de la reprise dépendront de la capacité du gouvernement à relancer ses réformes économiques ambitieuses qui devraient jeter les bases d’une croissance économique plus robuste à long terme et d’un meilleur environnement commercial pour les entreprises. Les taux d’intérêt, plus bas que jamais, devraient continuer d’orienter les flux nationaux vers les actions.
MX Mexique 0.5 L’économie du Mexique est ouverte, avec un tiers du PIB fortement exposé aux États-Unis (plus de 70 % de ses exportations finissent en territoire américain). La durée des interruptions liées aux restrictions de flux visant à contenir l’épidémie de COVID-19 déterminera le niveau du ralentissement. De plus, le Mexique affiche un haut niveau d’économie informelle qui va souffrir des restrictions imposées aux services impactés par le confinement.
QA Qatar 0.5 Les activités liées aux préparatifs de la FIFA 2022 et à l’expansion de la production de GNL plaident en faveur d’une croissance et d’une hausse des bénéfices pour les 3 ou 4 prochaines années. Des réserves souveraines élevées et un faible point d’équilibre du budget pétrolier offrent au Qatar une solide stabilité en période de récession.
KW Koweït 0.5 Le Koweït a une position budgétaire solide, mais il affiche un retard dans la mise en œuvre de ses réformes et dans l’adoption de la nouvelle loi sur l’endettement qui pourrait éroder les finances publiques. Le PIB non pétrolier est quelque peu protégé, car la plupart des Koweïtiens sont employés par le gouvernement. L’inclusion de l’indice MSCI EM à la fin du mois de novembre devrait soutenir les entreprises à grande capitalisation.
SA Arabie saoudite 0 Les perspectives sont difficiles et restent dépendantes d’une reprise des prix du pétrole et des événements liés à la COVID-19. Les réserves de change substantielles et les actifs du Fonds d’investissement public (Public Investment Fund, PIF) apportent un certain réconfort.
AE ÉAU 0.5 Le marché des actions est moins cher que ses homologues de la région MENA, mais les perspectives macroéconomiques sont mauvaises. En outre, le marché des actions est déjà bien contrôlé par les étrangers, ce qui rend difficile une revalorisation à court terme.
EG Égypte 0.5 La croissance devrait, selon nous, rester positive et se redresser progressivement, tandis que les dépenses discrétionnaires pourraient rester sous pression. Nous constatons un recul de l’inflation avec peu de risque de hausse
des taux et nous attendons à ce que la monnaie reste globalement stable. Le tourisme étant une source importante de devises étrangères, une perturbation plus longue de ce secteur est un risque majeur pour l’avenir.
KE Kenya 0.5 Les perspectives commencent à s’améliorer avec ce qui semble être une reprise plus rapide de l’activité économique.
NG Nigeria 0 Le risque d’un nouvel affaiblissement de la monnaie reste élevé, tandis qu’un contexte politique et macroéconomique en berne crée un contexte peu propice aux actions.
ZA Afrique du Sud 0 Les perspectives demeurent négatives. L’après COVID-19 montre une reprise plus longue, le marché attendant des orientations claires sur le déficit budgétaire et la capacité du gouvernement à faire face à la faible croissance économique.

MENTIONS LÉGALES IMPORTANTES  

Ce document est fourni uniquement dans l’intérêt général et ne saurait constituer un conseil d’investissement individuel, une recommandation ou une incitation à acheter, vendre ou détenir un titre ou à adopter une stratégie d’investissement particulière. Il ne constitue pas un conseil d’ordre juridique ou fiscal.

Les entreprises et études de cas présentées ici sont utilisées uniquement à des fins d’illustration ; tout investissement peut ou non être détenu par tout portefeuille conseillé par Franklin Templeton. Les opinions ne sont destinées qu’à fournir un aperçu de la manière dont les titres sont analysés. Les informations fournies ne constituent ni une recommandation ni des conseils individuels en investissement pour tout titre, stratégie ou produit de placement spécifique. Elles n’indiquent pas les intentions de négociation de tout portefeuille géré par Franklin Templeton. Ce document ne constitue pas une analyse complète des données relatives à un secteur, un titre ou un investissement et ne doit pas être considéré comme une recommandation d’investissement. Ce document a pour but de fournir un aperçu du processus de sélection du portefeuille et de recherche. Les exposés de faits proviennent de sources considérées comme fiables, mais leur exhaustivité ou leur exactitude n’ont pas fait l’objet d’une vérification indépendante. Ces opinions ne peuvent pas être considérées comme un conseil en investissement ni une offre pour tout titre spécifique. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Les opinions exprimées dans ce document sont celles des gérants et les commentaires, analyses et opinions sont valables à la date de la publication et peuvent être modifiés sans préavis. Les informations contenues dans ce document ne constituent pas une analyse complète des événements survenant dans les divers pays, régions ou marchés.

Les données de tierces parties peuvent avoir été utilisées dans la préparation de ce document et Franklin Templeton Investments (« FTI ») n’a pas vérifié, validé ni audité de manière indépendante ces données. FTI décline toute responsabilité en cas de perte due à l’utilisation de ces informations et la pertinence des commentaires, des opinions et des analyses contenus dans ce document est laissée à la seule appréciation de l’utilisateur.

Les produits, services et informations peuvent ne pas être disponibles dans toutes les juridictions et sont fournis en dehors des États-Unis par d’autres sociétés affiliées de FTI et/ou leurs distributeurs, dans la mesure où la réglementation/législation locale l’autorise. Veuillez consulter votre conseiller financier ou votre interlocuteur Franklin Templeton pour toute information supplémentaire sur la disponibilité des produits et services dans votre juridiction.

Publié aux États-Unis par Franklin Templeton Distributors, Inc., One Franklin Parkway, San Mateo, Californie 94403-1906, (800) DIAL BEN/342-5236, franklintempleton.com – Franklin Templeton Distributors, Inc. est le principal distributeur des produits enregistrés aux États-Unis de Franklin Templeton Investments, qui ne sont pas assurés par la FDIC, peuvent perdre de la valeur, ne sont pas garantis par la banque et sont disponibles uniquement dans les juridictions dans lesquelles est permise une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente de ces produits, en vertu des lois et règlements applicables.

QUELS SONT LES RISQUES ?

Tout investissement comporte des risques, notamment celui de ne pas récupérer le capital investi. Les prix des actions peuvent fluctuer, parfois de manière rapide et brusque, en raison de facteurs propres à des sociétés, industries ou secteurs spécifiques ou du marché dans son ensemble. Les investissements à l’étranger comportent des risques spécifiques, comme les variations des taux de change, l’instabilité économique et l’évolution de la situation politique. Les investissements sur les marchés émergents présentent des risques accrus liés aux mêmes facteurs. Une stratégie exposée en particulier à certains pays, régions, industries, secteurs ou types de placements peut être sujette à un risque d’événements défavorables plus élevé qu’une stratégie investissant de façon plus diversifiée.

______________________________________________

1. Source : MSCI. L’indice MSCI Emerging Markets reflète les moyennes et grandes capitalisations de 24 pays émergents. L’indice MSCI World reflète la performance des moyennes et grandes capitalisations de 23 pays développés. Les indices ne font l’objet d’aucune gestion et il n’est pas possible d’y investir directement. Ils ne tiennent pas compte des frais, dépenses ou droits d’entrée. Les performances passées ne constituent pas un indicateur ni une garantie des résultats futurs. MSCI n’offre aucune garantie et décline toute responsabilité quant aux données MSCI reproduites dans le présent document. Aucune redistribution ou utilisation n’est autorisée. Ce rapport n’est ni établi ni approuvé par MSCI. Mentions et conditions importantes du fournisseur de données disponibles sur franklintempletondatasources.com.

Leave a reply

Votre e-mail ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont marqués